ECHOS DE PROVINCE_48

Publié le par journalmongongo.over-blog.com

ISIRO: La campagne électorale timide

A Isiro, les candidats ne font pas encore parler d’eux. On ne voit que de rares affiches, sauf quelques insignes du PPRD portés par les membres des cellules de base implantées dans certaines entreprises et les drapeaux de parti qui flottent dans les parcelles de certains individus. Les spots publicitaires ainsi que les émissions sollicitées par les partis politiques sont peu fréquentes sur les chaînes des radios locales. Certains candidats préfèrent courtiser avant tout les habitants de sept chefferies du territoire de Rungu et revenir terminer la campagne en ville. Entre temps, certaines radios multiplient la diffusion des émissions produites en langues locales par les acteurs de la société civile, les femmes et les jeunes sur le profil d’un candidat et d’un bon électeur, les conditions des élections démocratiques…

Vendredi, 28 octobre 2011, jour de lancement de la campagne devant le bâtiment administratif du district, le commissaire de district du Haut-Uélé, Dieudonné Rwabona a appelé les candidats, les partis politiques, les acteurs de la société civile, les Eglises au respect de la loi et du code de bonne conduite des partis politiques en vue des élections apaisées. Un dialogue social a précédé cette campagne électorale à la cathédrale d’Isiro avec les chefs coutumiers, les chefs de d’administration et des entreprises publiques ; les acteurs sociaux et politiques.

Richard Tandro/Novembre 2011

 

Ubundu : violence électorale entre partisans des partis politiques

Le 1er novembre, les femmes de deux partis de la majorité présidentielle se sont affrontées lors de l’arrivée de la délégation d’un candidat député national. Une femme d’un parti politique aurait demandé à celle d’un autre en liesse ce qu’elle gagne depuis qu’elle chante et danse pour les politiciens. Propos qualifié de provocateur. Une dispute s’en est suivie entre les femmes du PPRD et FC (Fondation Congo). Une femme à perdu l’oreille gauche

Cette affaire a entraîné la colère des membres de deux familles. Le président de la société civile d’Ubundu, Mwenda Na Pole Sumaili, a invité les responsables de ces deux partis politiques à prêcher la non violence, le respect de l’autre et l’acceptation de la diversité d’opinion. Ces femmes appartenaient toutes au PPRD avant la création récente du FC.

Fidèle Utula/Novembre 2011

 

Publié dans Mongongo 48

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article