L’administration en campagne au mépris de la loi

Publié le par journalmongongo.over-blog.com

Alors que la loi interdit d’utiliser les moyens de l’Etat pour battre campagne, des candidats utilisent même le personnel de l’administration publique, pourtant  astreint à la neutralité. Le travail des fonctionnaires en pâtit.

 

Certains candidats battent campagne dans les bureaux de l’administration publique, leur lieu de travail, au mépris de la loi. D’autres affichent les photos des candidats sur les édifices publics, comme sur les murs de l’Athénée de Kisangani, une école publique. D’autres enfin utilisent les véhicules de l’administration : parmi les véhicules du cortège d’un candidat en provenance de Kinshasa, passé devant le bureau de la CENI, on a aperçu le camion avec mention Institut national de la sécurité sociale (INSS), un établissement public.

Les candidats fonctionnaires ou membres du cabinet politique distribuent leurs affiches dans les bureaux où les travailleurs passent le plus clair de leur temps à discuter de la campagne électorale au lieu de travailler. Les fonctionnaires vont retrouver  leurs chefs qui battent campagne comme s’ils étaient en mission de service. “Je n’ai pas été au bureau parce que je suis allé accueillir mon chef hiérarchique qui est candidat”, avoue un chef de division. Ainsi, les subalternes profitent de cette absence pour déambuler dans les cours, jouer de la musique au téléphone...

Au gouvernorat de province, “huit candidats députés nationaux de différents partis politiques de la majorité présidentielle ont été présentés aux agents lors du salut au drapeau du lundi 31 octobre”, affirme un fonctionnaire. “Deux se sont chamaillés  attirant des passants curieux à leur spectacle ce 4 novembre”, regrette un autre fonctionnaire qui a aussi requis l’anonymat. Ces autorités politico administratives et conseillers politiques, candidats, sont rares au service.

Pourtant l’article 36 de la même loi électorale interdit “l’utilisation à des fins de propagande électorale les biens, les finances, le personnel de l’Etat, des établissements publics, des organismes publics et des sociétés d’économie. le coupable sera radié de la liste des candidats et de son parti politique. Toute personne peut saisir la justice”. L’article 30, lui, précise qu’il est interdit d’afficher les photos des candidats sur les bâtiments publics.

Pour cet un agent rencontré devant la mairie de la ville, il serait bon que ces autorités démissionnent car les agents qui craignent de perdre leur travail battent campagne pour eux et ne font plus rien d’autre.

Bavon Tshui/Novembre 2011

Publié dans Mongongo 48

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article