Les gardiens étudiants, utiles et performants

Publié le par journalmongongo.over-blog.com

Jeunes, motivés, disciplinés et dans l’ensemble bien formés, les étudiants qui font du gardiennage contribuent à diminuer le nombre de vols et subviennent ainsi seuls à leur scolarité.

 

Près de l’hôtel Congo palace et de Soficom transfert, huit garçons veillent jour et nuit. Comme d’autres gardiens, ces jeunes, en majorité des étudiants, exercent leur métier dans des maisons de particuliers, des bureaux de l’État ou ceux d’Ong. Bon nombre d’entre eux préfèrent travailler la nuit plutôt que le jour pour étudier le reste du temps. Ils parviennent ainsi à supporter seuls leur scolarité.

Kisangani et ses environs comptent seize maisons de gardiennage. A côté de Magenya security, la plus ancienne entreprise de ce genre de la province, ces sociétés sont plus nombreuses depuis 2002-2003, période des tractations de la transition. «Avant, elles payaient 10 000 $ de permis d’exploitation. Aujourd’hui, elles ne payent plus que 500 $», déclare le conseiller juridique du ministère de l’Intérieur, Floribert Umirambe.

Plus nombreux, les étudiants gardiens se sentent utiles. «Autrefois, les magasins étaient cassés la nuit et personne n’intervenait. Nous avons pris l’habitude de secourir les personnes en danger», se félicitent certains d’entre eux. Des éléments de Kafakis security avaient par exemple informé la police de la mort d’un voleur électrocuté alors qu’il voulait escalader le mur d’une résidence d’un agent de la Monuc après avoir pris une batterie.

Les vols et les sabotages ont sensiblement diminué dans la commune Makiso, siège des institutions provinciales, où se trouvent plusieurs des sites des services de gardiennage. La bureautique Zéro net confirme que, avant l’installation de Delta protection face à la maison Caritas, plusieurs vols étaient enregistrés, ce qui n’est plus le cas actuellement. Floribert Umirambe estime que les services de gardiennage viennent prêter main-forte à la police qui ne peut pas être partout en même temps

 

Mieux formés et plus performants

S’ils obtiennent d’habitude de meilleurs résultats que les sentinelles plus âgées, les étudiants le doivent à leur formation et à leur encadrement. Le superviseur provincial de Delta protection résume ainsi les choses : «Les consignes et les ordres priment». Dans certaines entreprises, les gardiens suivent ainsi des cours sur les techniques de gardiennage et de secourisme qui leur donnent par exemple des notions de lutte contre les incendies. «Ils sont formés à la gestion des risques et presque tous sont sportifs», précise Célestin Libeya Bombe, superviseur de groupe Kafakis.

Une professionnalisation et des résultats qui, peu à peu, font changer les mentalités. Jean-Claude Osumaka, étudiant finaliste en histoire, reconnaît qu’il n’y a pas si longtemps, il considérait les gardiens comme des vaut rien. Il a changé d’avis après avoir admiré en 2009 leur discipline sur le terrain, pendant un match de la coupe du Congo.

Beaucoup reste cependant à faire pour que les entreprises de sécurité fonctionnent en toute sérénité. Concurrence entre les services de gardiennage, rareté des équipements sur le marché, retards de paiement, attentes particulières de chaque client…, énumère l’inspecteur chargé de sécurité, recrutement et instruction Batongo Booto de Kitima security. «Nous nous occupons de la sécurité, mais aussi de laver les véhicules, de désherber les parcelles et de nettoyer les ustensiles de la maison !», se plaignent des gardiens travaillant à Makiso.

Cosmas Mungazi

 

Publié dans Mongongo 26

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Body Guard Tunisie 05/10/2016 14:47

Oui, c'est tout à fait vrai

Gardiennage Tunisie 31/05/2016 16:07

Un bon article !